Les records absolus de température mois par mois depuis 1983.
La période étudiée est relativement courte, mais elle contient probablement les records annuels absolus depuis au moins l'après 2eme guerre mondiale. En effet, la vague de froid de 1985 fut l'une des plus intenses du XXe siècle, tout comme la canicule de 2003 n'a pas de précédent depuis peut-être 1921.
De -29° le 9 Janvier 1985 aux 39° du 13 Août 2003, l'amplitude absolue s'élève à 68°, valeur caractéristique d'un climat où l'aspect continental se fait nettement ressentir.
Autre singularité du climat du premier plateau du Jura, le fait que la barre des 20° ait été atteinte à chaque mois de l'année. En effet, dans des conditions favorables, il peut faire très doux au coeur de l'hiver. Tels le 16 Décembre 1989 lors d'une journée tempétueuse avec vent de sud, ou bien le 31 Janvier 2002 avec un temps très sec, très ensoleillé et sans vent où le mercure atteint la valeur Provençale de 21°. Ce jour là, il ne faisait guère plus de 15° en plaine, là où le soleil hivernal a plus de mal à réchauffer un air plus humide que sur les premiers reliefs. Cette situation particulière s'est répétée le 26 Octobre 2006 avec 28°C.
Pour les températures minimales, les records ne doivent pas être pris en considération très au delà du point de mesure tant les températures nocturnes peuvent être très différentes à quelques dizaines de mètres près. Pour résumer, par temps clair et calme, il fait toujours beaucoup plus frais en fond d'une vallée ou d'une combe qu'au sommet des collines ou montagnes environanntes. Ainsi, au sommet des monts Jura à 1680m, le record de ces 30 dernières années est de -25.5° en Janvier 1987 alors que les combes du Grandvaux enregistrent fréquemment des valeurs inférieures à -30°.