Pour accéder aux réponses, cliquer sur ?

      Pour retourner aux questions, cliquer sur   N

 

Question N°1             La pluie dans le Jura

# Classer les 6 villes jurassiennes suivantes de la plus arrosée à la plus sèche selon les hauteurs d’eau recueillies en une année:

            - Lons le Saunier

            - Saint Laurent en Grandvaux

            - Les Rousses

            - Dole

            - Clairvaux-les-lacs

            - Saint-Claude

s

 

Question N°2             La pluie en France

# Classer les 6 villes suivantes de la plus arrosée à la plus sèche selon les hauteurs d’eau recueillies en une année:

            -Biarritz

            -Paris

            -Nice

            -Clairvaux-les-lacs

            -Brest

            -Strasbourg

s

 

Question N°3             Les records de pluie en 24 heures dans le Jura

# Quelle quantité d’eau a-t-on déjà mesuré en 24 heures dans le Jura ? (1mm = 1 litre / m²) ?

            a) 128mm

            b) 151mm

            c) 205mm

s

 

Question N°4             Les records de pluie en 24 heures en France

# Quelle quantité d’eau a-t-on déjà mesuré en 24 heures en France ? (1mm = 1 litre / m²) ?

            a) 620 mm

            b) 950 mm

            c) 1200 mm

s

 

Question N°5             Les records de pluie en 24 heures dans le monde

# Quelle quantité d’eau a-t-on déjà mesuré en 24 heures dans le monde ? (1mm = 1 litre / m²) ?

            a) 1280 mm

            b) 1825 mm

            c) 2330 mm

s

 

Question N°6             Les pluies annuelles dans la région des lacs

# Quelle hauteur moyenne de pluie (en mm) tombe-t-il en une année sur la région (1mm = 1 litre / m²) ?

            a) 1400 à 1700

            b) 1600 à 1900

            c) 1800 à 2000

s

Question N°7             La pluie dans la région

# Quel est le nombre moyen de jours de pluie par année? (au moins 1mm ou 1 litre/m²)

            a) 120

            b) 145

            c) 165

 

s

 

Question N°8             Les records de pluies mensuels dans la région des lacs

# Quelle est la hauteur record de pluie (en mm) relevée en un mois sur la région (1mm = 1 litre / m²) ?

            a) 320

            b) 430

            c) 530

 

s

 

Question N°9             Les records de pluies annuels dans la région des lacs

# Quelle est la hauteur record de pluie (en mm) relevée en une année sur la région (1mm = 1 litre / m²) ?

            a) 2360

            b) 2500

            c) 2610

 

s

 

Question N°10           La pluie en montagne

# Pourquoi pleut-il d’avantage en montagne qu’en plaine ?

            a) Les reliefs bloquent les nuages qui déversent toute leur pluie sur place.

            b) Les pluies, ayant moins de chemin pour tomber jusqu’au sol, s’évaporent peu.

            c) Le passage du relief par une masse d’air humide contribue à « fabriquer » d’avantage de précipitations.

 

s

 

Question N°11           Les orages dans la région des lacs

# Quel est le nombre moyen de journées par année au cours desquelles on entend le tonnerre ?

            a) 23

            b) 34

            c) 45

 

s

 

Question N°12           Les pluies au cours d’un orage

# Lors d’un orage fort, quel volume d’eau peut-il se déverser en 20 minutes sur la surface d’un terrain de football ?

            a) Environ 30 000 litres

            b) Environ 80 000 litres

            c) Environ 150 000 litres

s

 

Question N°13           La neige

# Combien de centimètres de neige, en valeurs quotidiennes cumulées, tombe-t-il en moyenne à Clairvaux-les-Lacs en une année (altitude 550m):

            a) 90

            b) 130

            c) 190

 

s

 

Question N°14           Le poids de la neige

# Lors de la chute de neige record de 1990, quel poids supplémentaire devait supporter un toit de 150m² ?

            a) Environ 5 tonnes

            b) Environ 15 tonnes

            c) Environ 21 tonnes

 

s

 

Question N°15           La neige

# Combien de journées avec chute de neige (même quelques flocons) comptabilise-t-on en moyenne en une année à Clairvaux-les-lacs: (altitude 550m)

            a) 28

            b) 35

            c) 42

 

s

 

Question N°16           Les températures nocturnes dans la région

# Combien de nuits avec une températures minimale inférieure à 0°C sous abri relève-t-on en une année dans la région des lacs:

            - a) Entre 80 et 100

            - b) Entre 95 et 120

            - c) Entre 110 et 145

s

 

Question N°17           Les températures nocturnes dans le Jura

# Parmi ces 5 sites, classez les, du plus froid au plus chaud selon leur moyenne annuelle de température nocturne :

            - Le sommet de la Dôle

            - L’Abbaye en Grandvaux

            - Montaigu

            - Les Rousses

            - Dole

s

 

Question N°18           Les températures nocturnes

# Pourquoi relève-t-on de basses températures nocturnes dans les combes ou les vallées?

            a) L’air froid descend des pentes environnantes pour s’y accumuler ?

            b) Le soleil s’y couchant plus tôt, le rafraîchissement y débute lui aussi plus tôt ?

            c) La présence fréquente d’eau sous forme de rivières ou de lacs ?

s

Question N°19           L’été 2003

# Personne n’a oublié l’air brûlant de l’été 2003. Mais entre le 1° juin et le 31 Août, combien de journées ont atteint ou dépassé le seuil des 30°C sur mon site de mesure à Cogna ?

            a) 34

            b) 48

            c) 79

s

 

Question N°20           L’été 2003

# Dans le même registre, combien de journées on atteint ou dépassé le seuil des 35°C ?

            a) 6

            b) 10

            c) 13

s

 

Question N°21           L’été 2003

# Le record de chaleur a été battu au cours de l’été 2003. Quelle température maximale a-t-on relevé?

            a) 38°

            b) 39°

            c) 40°

s

 

Question N°22           Les températures diurnes en France en juillet

# Parmi ces 6 villes, classez les, de la plus chaude à la plus froide selon leur moyenne de température diurne en juillet :

            - Chamonix

            - Clairvaux-les-lacs

            - Brest

            - Avignon

            - Biarritz

            - Strasbourg

s

 

Question N°23           janvier 1985

# Entre noël 1984 et le 17 janvier 1985, la plus intense vague de froid depuis février 1956 s’abat sur la France, avec son apogée du 5 au 17 janvier. Au cours de ces 13 derniers jours, combien ont vu leur température maximale rester sous les -10°C ?

            a) 2

            b) 6

            c) 10

s

 Question N°24          janvier 1985

# Entre le 5 et le 17 janvier, combien a-t-on enregistré de nuits où la température est descendue sous les – 20°C ?

            a) 5

            b) 8

            c) 12

s

 Question N°25          janvier 1985

# Le record de froid a été battu au cours de l’hiver 1984-1985. Quelle température minimale a-t-on relevé?

            a) -26 à -29°

            b) -28 à -31°

            c) -30 à -33°

s

 

Question N°26           Les températures diurnes en France en janvier

# Parmi ces 5 villes, classez les, de la plus froide à la plus chaude selon leur moyenne de température diurne en janvier :

            - Chamonix

            - Clairvaux-les-lacs

            - Brest

            - Avignon

            - Biarritz

            - Strasbourg

s

Question N°27           Les nuages

# Affecter la bonne définition à chacun des nuages nommés ci-dessous:

            a) Cirrus                                Nuage d’aspect brumeux, proche du sol

            b) Cumulus                           Nuage filamenteux

            c) Stratus                               Nuage en forme de choux-fleur

s

 

Question N°28           Le brouillard givrant

# Comment se forme le givre par temps de brouillard?

            a) Ce sont de petits flocons qui tombent, un peu comme de la neige.

            b) Les gouttelettes du brouillard gèlent instantanément lorsqu’elles rencontrent un obstacle.

            c) Tel un réfrigérateur, l’humidité vient se condenser directement en givre sur les objets froids.

s

 Question N°29          Les traces des avions

# Quelle est la cause des traînées blanches dans le sillage des avions volants à haute altitude?

            a) Les turbulences liées au passage de l’appareil ?

            b) Les gaz d‘échappement ?

            c) l’apport de vapeur d’eau par la combustion du kérosène ?

 

           

s

 

Question N°30           Les dictons

# Quel est le dicton cité ci-dessous qui vous apparaît le plus réaliste?

            a) Noël au balcon, pâques aux tisons.

            b) S’il pleut à la St Médard, il pleut 40 jours plus tard, sauf si St Barnabé lui brise le nez.

            c) Lueur du soir, espoir.

s

 

 

Retour en début de questionnaire N

 

 

Réponse N°1

 

            1°) Les Rousses : 1950mm

         2°) St Laurent en Grandvaux : 1750mm

         3°) Saint Claude : 1650 mm

         4°) Clairvaux-les-lacs : 1600 mm

         5°) Lons le Sunuier : 1200mm

         6°) Dole : 900mm

 

            On remarquera que les quantités de pluies recueillies annuellement sont très fidèles au relief, au point que sur une carte, les lignes d’égales précipitations suivent assez bien les courbes de niveau. Une exception toutefois, la basse vallée de la Bienne, qui entourée de hauts reliefs, reçoit à altitude égale beaucoup plus de pluie que le Revermont, par exemple.

 

Autres sites que Clairvaux, source Météo France

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°2

 

            1°) Clairvaux-les-lacs : 1600mm

         2°) Biarritz : 1450mm

         3°) Brest : 1150 mm

         4°) Nice : 790 mm

         5°) Paris ville : 640mm

         6°) Strasbourg : 610mm

           

            Peut-être quelques surprises dans ce classement, telle que la position de Biarritz où les pluies sont abondantes, de même que Nice ou les quantités recueillies sont plus élevées que dans le bassin Parisien ou en Alsace.

            En revanche, en prenant comme critère le nombre de jours où il pleut, le classement devient le suivant :

 

            1°) Brest : 155 jours avec plus de 1 mm. de pluie

         2°) Biarritz : 144 jours

         3°) Clairvaux-les-lacs : 140 jours

         4°) Strasbourg : 111 jours

         5°) Paris ville : 111 jours

         6°) Nice : 62 jours

Autres sites que Clairvaux, source Météo France

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°3

 

       151 mm. (source Météo France)

           

            Cette valeur spectaculaire à été mesurée à Lamoura les 21-22 décembre 1991 où tout le massif, mais seulement lui, a reçu de copieuses précipitations. Associées à la fonte d’un petit manteau neigeux et à un terrain souvent gelé, les ruissellements ont engendré une crue majeure de toutes les rivières d’altitude, dont Saint Claude se souvient certainement encore. Il est tombé ce jour là entre 90 et 120 mm sur la région de lacs, et seulement 15 dans la région de Dole.

            A noter que les 13 et 14 février 1990, on a mesuré 240 mm toujours à Lamoura, mais en 48 heures, avec une situation météo quasi identique.

            D’autres régions du département sont aussi exposées aux fortes pluies, en particulier le Revermont, entre Beaufort et le secteur de Lons-le-saunier. On y a déjà relevé des valeurs comprises entre 120 et 140mm, à Lons en juillet 1981, et sur un axe Beaufort / Montaigu / Crançot en octobre 1999.

            Enfin, on peut aussi recevoir 100mm ou plus lors d’un orage vraiment exceptionnel, mais ce type de phénomène très rare semble exclu des régions de la plaine Dôloise ou Bressane.

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°4

 

       950 mm. (source Météo France)

           

            Cette valeur à été mesurée à Valleraugue, dans le Gard au pied du Mont Aigoual en septembre 1900. Cette région est soumise assez régulièrement en automne à des épisodes de précipitations très intenses (Nîmes en 1988 par exemple) lorsqu’un courant perturbé venant du sud apporte de l’air très humide de la méditerranée encore chaude en automne, et vient « buter » sur le premier massif montagneux, en l’occurrence les Cévennes.

            Les catastrophes de Vaison la Romaine en 1992 ou de Cuxac d’Aude en 1999 n’ont d’autre origine. A proximité de Vaison la Romaine, il avait été recueilli 200 mm en 3heures, alors qu’à Lézignan Corbières dans l’Aude en 1999, on a relevé 620 mm en 24 heures, dont 192 en 2 heures. Tous ces épisodes ont provoqué la mort de très nombreuses personnes.

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°5

 

1825 mm. (source Météo France)

           

            Cette valeur à été mesurée à La Réunion lors du passage d’un cyclone en 1966. L’île est coutumière de ce genre de phénomène en période cyclonique. En avril 2007, le cyclone « Gamède » a déversé 3900 mm en 72heures (soit 2 ans et demi de pluies de notre région), et 4800 mm en 96 heures, valeurs qui constituent de nouveaux records mondiaux. Ces déluges sont mesurés en zones montagneuses et peu peuplées, si bien qu’il y a heureusement peu de victime.

           

 

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°6

 

1600 à 1900 mm.

           

            En montagne, la répartition géographique des précipitations est assez hétérogène, et notre région n’échappe pas à cette règle. Nous recevons annuellement environ 1600mm entre le lac de Vouglans et Champagnole, alors que la zone s’étirant des lacs d’Ylay et de Bonlieu à celui d’Étival en reçoit 1800 à 1900. La différence est très bien répartie sur tous les mois de l’année.

A l‘échelle de la  France, le massif Jura est reconnu comme l’entité géographique la plus arrosée du pays. Les Vosges, les Cévennes, Les Pyrénées Atlantiques et quelques localités situées sur les versants ouest du Massif Central sont également bien servies. Le point de mesure qui détient le record de la moyenne annuelle est le Ballon d’Alsace avec un cumul de l’ordre de 2400 mm.

A l’opposé, la région de Colmar, la Camargue, la côte Languedocienne, la région de Modane en Savoie, le grand bassin parisien sont les régions les plus « sèches ». On n’y mesure que de 550 à 600 mm annuellement.

           

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°7

 

145 jours

           

            Le seuil de 1 mm par jour semble un minimum pour qualifier une journée de pluvieuse. Si l’on comptabilise toutes les journées où il tombe seulement quelques gouttes ou quelques flocons, ce chiffre grimpe aux environs de 170.

Ailleurs en France, les valeurs maximales sont relevées en Bretagne avec environ 170 jours pluvieux, et près de 200 avec au minimum quelques gouttes.

 

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°8

 

530 mm.

           

            Ce record est assez ancien, puisqu’il a été établi au cours du mois de novembre 1950. Plus récemment, on a atteint 410 mm en mai 1983, et 433 en novembre 2002.

 Le printemps en 1983 fût d’ailleurs exceptionnel, puisqu’en avril et mai, il est tombé 750mm. Des inondations très importantes ont alors concerné les bassins du Doubs et de la Saône, et les 25-26 mai, l’hiver battait son plein dans le Haut-Jura avec près de 40 cm de neige fraîche sur le plateau des Rousses.

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°9

 

2360 mm.

           

            Ce record est aussi assez ancien, puisqu’il a été établi au cours de l’année 1965. Plus récemment, on a atteint 1930mm en 1995 ou 1970 mm en 1999.

 A l’opposé les années sèchent reçoivent tout de même plus de 1000mm, tel que 1050 en 1964, ou 1120 en 1989.

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°10

 

 Réponse c :

           

En simplifiant, lorsqu’une masse d’air humide perturbée franchi une chaîne montagneuse, elle est contrainte de s’élever. Ceci a pour effet de lui faire perdre de la pression et de la refroidir (tout gaz dont la pression diminue perd des calories). En se refroidissant, la vapeur d’eau qu’elle contient se condense d’avantage, augmentant ainsi le volume de ses précipitations.

A noter que la réponse « a » un peu de vrai, car en chutant de son nuage, la pluie qui traverse de l’air non saturé en humidité s’évapore. Il arrive parfois qu’une ondée n’atteigne pas le sol; On peu le remarquer en observant dans un ciel variable avec quelques averses des « filaments » sous un nuage qui disparaissent un peu plus bas.

           

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°11

 

34.

           

            Ce chiffre est assez élevé par rapport au niveau national. La période orageuse s’étire de mai à août ou l’on entend le tonnerre en moyenne 6 jours par mois. De novembre à mars il n’y a qu’un seul jour d’orage par mois.

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°12

 

150000.

           

            Ou 150 m³. Un orage assez fort déversera environ une vingtaine de mm en 20 minutes. A raison de 20 litres au m², sur une surface de 100 m x 80 m, cela fait donc  150 à 160 m³ ou encore une intensité de 135 litres par seconde.

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°13

 

90.

           

            Ce chiffre est obtenu en additionnant toutes les chutes mesurées chaque matin en 24heures. Il varie beaucoup d’une année sur l’autre, avec comme extrêmes récents : 220 cm en 2005 et seulement 10 cm en 2002.

En prenant en compte la saison hivernale et non plus l’année civile, l’hiver récent le plus enneigé est 1980-1981 avec 280 cm cumulés et le moins enneigé 1989-1990 avec 12cm.

En 2005-2006, dernier hiver digne de ce nom, le total s ‘est élevé à 165 cm.

Ce paramètre qui varie beaucoup avec l’altitude doit atteindre les 150 cm de moyenne aux environs des lacs d’Ylay et environ 250cm à 1100m.

Au cours de l’hiver 1969-1970, un cumul de près de 7 m a été enregistré sur le secteur de Lamoura, on y mesurait encore 220 cm au sol au 15 avril !

           

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°14

 

Environ 15 tonnes.

           

            Cette valeur est théorique, à savoir qu’elle ne tient pas compte des effets du vent, ni de la fonte au contact des tuiles. Il est en effet tombé entre le 9 et le 13 décembre 1990 1.10 m de neige cumulée, formant une couche maximale de 90 cm au sol, laquelle pesait environ 100Kg au m².

 

 

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°15

           

35.

           

            Ce chiffre est obtenu en additionnant toutes les journées au cours desquelles il est

tombé au moins quelques flocons, même s’il n’y a pas de couche au sol.

 

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°16

 

Entre 95 et 120.

           

            Voilà un paramètre important pour caractériser le climat d’une région. Il est en outre très caractéristique à chaque site de mesure tant il peut varier sur de très faibles distance.

Pour mon point de mesure, situé à flanc de vallée, et soumis à des températures nocturnes relativement plus élevées qu’alentours, je comptabilise 95 jours avec gelée. Au fond des vallées ou sur des espaces dégagés mais « en cuvette », ce chiffre doit être supérieur de 15 à 20 unités par an. A noter des écarts pouvant aller jusqu’à 10° au petit matin entre le fond d’une vallée et son flanc sud, ou le fond d’une cuvette et les crêtes des collines environnantes. 

 

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°17

 

            1°) L’Abbaye en Grandvaux

         2°) Le sommet de La Dôle

         3°) Les Rousses

         4°) Dole

         5°) Montaigu

           

            Les plus basses moyenne de température nocturne ne s’observent pas sur les sommets du jura, mais bien au creux des plateaux. Il en est de même pour les basses altitudes, et c’est en bordure du Revermont que les nuits sont les plus douces sur le département, et non en plaine.

 

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°18

 

 Réponse c :

           

L’air froid est un fluide et se comporte comme de l’eau. Refroidi par le rayonnement nocturne, il devient plus lourd et va descendre s’il y a une pente. Par exemple, dans le Grandvaux ou à Mouthe, les cuvettes que forment ces région vont accumuler l’air froid descendu des pentes environnantes, sans qu’il puisse s’en échapper. Il va en outre continuer à se refroidir une fois au fond, et ainsi atteindre des niveaux de température extrêmement bas.

Dans le cas d’une vallée telle que La Frasnée près de Clairvaux, ou celle de Revigny près de Lons le Saunier, l’air froid formé sur leurs flancs descend et forme « une rivière » d’air qui s‘écoule dès le début de la nuit. Ces vallées étant ouvertes, la circulation reste active jusqu’à la disparition du rayonnement nocturne avec le lever du soleil. Cette brise atténue très sensiblement le refroidissement par rapport aux sites abrités et calmes, à cause du renouvellement permanent de l’air.

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°19

 

48

           

            Au cours des 3 mois de l’été 2003, la barre des 30° a été franchie au cours de 48 journées, alors que la moyenne est établie à 8.

 C’est un chiffre extraordinaire pour la région, il est atteint en France « normalement » uniquement dans l’arrière pays Varois, région la plus chaude du pays. L’été 2003 fut donc digne de ce qui se passe habituellement en Provence orientale.

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°20

 

13.

           

            Avec 13 journées ayant dépassé ce seuil de 35°, l’été 2003 se voit crédité à lui seul d’une valeur 3 fois supérieure au total des 25 dernières années. Cette barre de 35° est en effet très rarement atteinte ou dépassée. Au cours des 25 dernières années, excepté 2003, elle ne l’a été qu’en août 1998 (un jour) et en juillet 1983 (3 jours) ;

En France, ce seuil n’est atteint en moyenne annuelle qu’à 3 reprises, principalement régions de Carpentras (Vaucluse), du Luc (Var), ou de Mont de Marsan (Landes)

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°21

 

39°.

           

            Le 12 août 2003, le mercure atteint les 39° et bat une nouvelle fois le record absolu de chaleur qui datait du 7 août avec 38.6°. Le précédent record avait été enregistré le 31 juillet 1983 avec 38°.

            Dans le Jura, Météo France a relevé 40.1 °C à Dole.

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°22

 

1°) Avignon

         2°) Strasbourg

         3°) Clairvaux-les-Lacs

         4°) Biarritz

         5°) Chamonix

         6°) Brest

           

            Le caractère continental du climat de Strasbourg ou d’ici favorise des journées d’été chaudes, tandis que les côtes sont tempérées par la mer. En montagne, à des altitudes modérées (inférieures à 1200m environ), les températures de journée sont égales, voire plus élevées que sur les côtes nord de la Bretagne.

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°23

 

10.

           

            La vague de froid extrême de début janvier 1985 a connu 10 journées au  cours desquelles le thermomètre n’a pas franchi les –10° en température maximale. La journée la plus froide a vu le mercure plafonner à –14°, c’était le 9 janvier, les 8 et 13, on ne dépassait pas les –13.5°.

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°24

 

8

           

            La vague de froid extrême de début janvier 1985 a vu le thermomètre descendre sous les  –20° lors de 8 nuits ; Les précédentes vagues de froid d’une telle intensité dataient de janvier 1971, et de janvier – février 1963.

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°25

 

-28° à -31°.

           

            Le 09 janvier 1985, le mercure atteint les -29° à Clairvaux-les-lacs au lever du jour et bat le record absolu du froid qui datait de janvier 1971 avec –25°. On peut raisonnablement estimer qu’en site « favorable » (combe), le seuil des –30 fut franchi sur la région. A noter que le poste de Météo France de Morbier (aux Marais) releva –33.8°C ce même matin.

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°26

 

            1°) Chamonix

         2°) Strasbourg

         3°) Clairvaux-les-Lacs

         4°) Brest

         5°) Avignon

         6°) Biarritz

           

            Le classement de ces 6 villes est sensiblement différent lorsque le tri et effectué selon des critères estivaux et hivernaux. A la question N° 22, Biarritz n’était pas très bien placée, alors qu’ici, c’est elle qui est la plus clémente, la douceur océane et la proximité des Pyrénées en sont les raisons.

Strasbourg, souvent noyée sous la grisaille est relativement froide, et sans surprise, Chamonix à 1000 m d’altitude est en tête de ce classement.

            A noter qu’un seul degré sépare Brest d’Avignon, la douceur Bretonne n’est pas une légende en hiver.

 

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°27

 

         a) Cirrus         Nuage filamenteux

         b) Cumulus             Nuage en forme de choux-fleur

         c) Stratus        Nuage d’aspect brumeux, proche du sol

 

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°28

 

            b) Les gouttelettes du brouillard gèlent instantanément lorsqu’elles rencontrent un obstacle.

 

Le brouillard est composé de minuscules gouttelettes d’eau (ce n’est pas de la vapeur), et ces gouttelettes restent à l’état liquide même si les températures deviennent négatives (au dessous de –15° environ, elles se transforment en cristaux de glace).

 Transportées par le vent, même si celui-ci est très faible et c’est généralement le cas pour que le brouillard persiste, ces gouttelettes vont geler instantanément en rencontrant un obstacle tel que des branches d’arbre ou des fils de clôture. Lorsque la direction du vent reste inchangée pendant quelques heures, il va se former du givre, et ces paillettes vont grandir face au vent tant que les conditions se maintiendront pour atteindre parfois 2 à 3 cm dans nos régions de basse altitude.

En montagne, sur les sommets isolés, le givrage se forme lorsqu’ils sont noyés dans une perturbation les traversant, et il peut prendre des proportions spectaculaires. Les petits sapins des crêtes jurassiennes sont souvent crépis de givre plutôt que de neige sur parfois 20 cm, et cette épaisseur se mesure à l’horizontale. Le givre est aussi une excellente girouette enregistreuse, puisque la couche grandissant face au vent, il est ensuite aisé d’identifier la direction depuis laquelle soufflait le vent. En cas de situation très favorable, des paillettes de 1m d’épaisseur peuvent se former, par exemple sur des pylônes.

Le givrage des avions repose sur le même phénomène, le vent étant alors relatif, du au déplacement de l’appareil en vol.

 

           

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°29

 

b et c) Les gaz d’échappement et un apport de vapeur d’eau

 

 

Sans entrer en détail dans les processus physiques complexes, ces traînées sont en réalité un nuage crée par les réacteurs des avions.

Pour se condenser et former un nuage, la vapeur d’eau (eau sous forme gazeuse) a besoin d’un support qui prend la forme d’une petite particule de poussière, de pollution, de sel, etc

A haute altitude, il arrive que l’air soit si pur que cette vapeur ne peut se condenser, même si l’air en contient plus que le taux maximum. Il est alors qualifié de sursaturé.

Les gaz qui s’échappent des réacteurs contiennent énormément de ces particules si bien que la condensation s’opère instantanément dans le sillage de l’appareil.

 

Une autre raison permet d’explique le phénomène, l’apport de vapeur d’eau issue de la combustion du kérosène. Cette humidité supplémentaire contribue de la sorte à la formation de ces traînées.

 

Si les traînées persistent longtemps après le passage des avions, cela signifie que l’air est humide et en général n’est pas un signe de beau temps, si elles se dissipent quelques secondes derrière l’appareil, l’air est sec et cela devient plutôt un signe de beau temps.

 

  N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse N°30

 

         c) Lueur du soir, espoir.

 

            Parmi les innombrables dictons relatifs au climat, seuls ceux faisant référence à l ‘observation d’un phénomène peuvent être pris au sérieux. Dans l’exemple ci-dessus,  lorsqu’apparaissent des lueurs dans le ciel au crépuscule, celui-ci a de bonnes chances d’être dégagé le lendemain puisque les vents dominant sur notre pays viennent de l‘ouest. Cependant, il n’est pas totalement fiable car il arrive que le mauvais temps vienne du nord, du sud, où même exceptionnellement de l’est.

Quant aux autres dictons basés sur des dates ou des saints du calendrier, ils n’ont aucun fondement scientifique.

 

  N